Vous avez des questions ?

Inscription, contrat, rémunération, déplacements, impôts, chômage, logement, vacances, démission… Autant de sujets qui vous interrogent ?

Vous trouverez ici les réponses officielles aux principales questions que vous pouvez vous poser, que vous soyez candidat V.I., volontaire international en poste ou en retour de mission.

Les questions fréquentes avant l’inscription sur Mon Volontariat International

1. Pourquoi faire un V.I.E ou un V.I.A ? 

Le V.I.E et le V.I.A permettent, chaque année, à plus de 10 000 jeunes de partir travailler à l’étranger. Mais c’est loin d’être le seul avantage du Volontariat International. Expérience professionnelle et humaine complète, il présente de nombreux avantages mais aussi, certains inconvénients. On vous aide à déterminer si faire un V.I est le bon choix pour vous !

Les 10 avantages du V.I.E et du V.I.A

Les anciens volontaires sont les mieux placés pour parler du Volontariat International ! Ils nous livrent le top 10 des avantages à partir en V.I.E et en V.I.A. 

1 - Si vous rêvez de l’international, faire un V.I.E ou un V.I.A vous permet de vivre une première expérience professionnelle à l’étranger. Vous avez déjà parcouru le monde en sac à dos ? Vous revenez d’un stage ou d’un PVT à l’étranger ? Le Volontariat International est un moyen pour les mordus de voyage d’accéder à des missions très formatrices de 6 à 24 mois dans 135 pays. 

2 - Le V.I est un atout de taille sur un CV ! C’est un tremplin pour accéder à l’emploi et un accélérateur de carrière à l’international. Pour un recruteur, c’est la garantie d’avoir à faire à un candidat autonome, responsable et débrouillard. Pour vous, c’est souvent l’opportunité d’être recruté par l’entreprise qui vous accueille en mission. 

3 - Partir travailler à l’étranger, loin de sa famille et de ses amis, peut être un peu stressant. Ce qui est génial avec le V.I.E comme le V.I.A, c’est que vous bénéficiez d’un cadre hyper sécurisant ! Vous êtes accompagné par Business France, sous la protection de l’Ambassade de France et encadré par l’entreprise qui vous accueille.  Autre gros plus ? Vous rejoignez la communauté des Volontaires Internationaux ! Envie de rencontrer d’autres V.I ? Besoin de conseils pour trouver un logement ? Ayez le réflexe réseaux sociaux : de nombreux groupes Facebook existent pour connecter les V.I.E et V.I.A entre eux !

4 - L’international n’est pas réservé qu’aux Bac + 8 ! Le V.I est ouvert à tous les profils. Avec ou sans diplôme, bilingue ou débutant en langues étrangères, globe-trotter aguerri ou novice, vous pouvez devenir Volontaire International. N’hésitez pas à mettre en valeur ce qu’il y a d’atypique dans votre parcours. Ce qui compte c’est votre motivation, votre ouverture d’esprit et votre capacité d’adaptation ! 

5 - Pour ceux qui veulent à tout prix rester dans le timing de leurs études, certaines écoles acceptent que le V.I.E et le V.I.A comptent comme stage de fin d’étude à l’étranger. C’est faire d’une pierre deux coups ! Renseignez-vous auprès de votre école. 

6 - Le Volontariat international, ce n’est pas du bénévolat. En partant en mission V.I.E ou V.I.A, vous êtes rémunéré. Et en plus, cette indemnité n’est pas imposable sur le revenu en France. Bref, on oublie les galères financières, les colocs à 23 et les pâtes au beurre des fins de mois.

7 - Avec le Volontariat International vous bénéficiez de droits à la formation au même titre qu’un CDD ou un CDI. Ça sert à quoi ? Concrètement, votre compte formation peut vous aider à financer votre permis, à prendre des cours de langue ou à faire un bilan de compétences. 

8 - Parce qu’on est jamais trop jeune pour commencer à penser à la fin de sa carrière :) Bonne nouvelle ! Les trimestres effectués au cours de votre mission comptent pour votre retraite.

9 - Le Volontariat International c’est une aventure formatrice dont on se souvient toute sa vie.  Au revoir le train-train quotidien ! Bonjour l’appel du voyage, les découvertes qui dépaysent, les amitiés qu’on n’oublie pas… Mais aussi, le choc des cultures qui vous assure une réserve inépuisable d’anecdotes.  

10 - Partir en Volontariat International, c’est grandir et s’émanciper au contact d’expériences nouvelles. On quitte le nid, libre de se réinventer loin des cadres imposés et des pressions de son entourage. On revient transformé et souvent plus proche de qui l’on est vraiment. 

Les 5 inconvénients du V.I.E et du V.I.A

Bien sûr, il y a toujours un revers à la médaille. Le Volontariat International présente aussi quelques inconvénients, principalement liés au cadre du dispositif.   

1 - Le V.I.E comme le V.I.A imposent une limite d’âge et de nationalité. Passé 29 ans, il ne vous est plus possible de devenir Volontaire International et le dispositif n’est ouvert qu’aux jeunes de l’Espace Economique Européen. 

2 - Certaines destinations sont plus difficiles d'accès que d'autres. Parmi les 135 pays ouverts au Volontariat International, certains posent des conditions ou imposent des restrictions concernant la nationalité, le diplôme ou la résidence fiscale.

3 - Choisir de faire un V.I.E ou un V.I.A, c’est accepter de s’y consacrer à 100 % ! Le cumul avec une activité professionnelle rémunérée est impossible. Du coup, cela peut vouloir dire suspendre son emploi ou mettre entre parenthèses un projet d’entreprise.

4 - Pendant le Volontariat International vous ne cotisez ni au chômage ni à la retraite. A votre retour de mission V.I.E ou V.I.A, vous retrouvez les droits éventuellement acquis avant de partir mais vous n’en n’aurez pas de nouveaux.     

5 - Enfin - et c’est sûrement le plus triste 😭- on ne peut partir qu'une fois en mission V.I.E ou V.I.A.  Raison de plus pour bien choisir sa destination et profiter au maximum de cette expérience unique ! 

2. Quelles sont les conditions pour faire un V.I.E ou un V.I.A ?

Le V.I.E comme le V.I.A sont des services civiques mis en place par l’Etat Français pour encourager l’activité des jeunes et des entreprises à l’étranger. Du coup, le statut V.I.E est soumis à des conditions spécifiques concernant l’âge, la nationalité ou encore la résidence fiscale. Pour partir en V.I, assurez-vous de remplir ces conditions liées au Code du service national, aux règles du pays de destination et à votre engagement auprès de Business France.

Est-ce que je remplis les 5 conditions du statut V.I.E et V.I.A ?

Pour pouvoir embarquer dans l’aventure du Volontariat International, il faut satisfaire 5 conditions : 

1 - L’âge : Feu vert si vous avez au moins 18 ans et pas encore fêté vos 29 ans. Vous approchez de l’âge limite fatidique ? Partez du principe qu’il faut avoir 28 ans au moment du départ en mission, sachant que le démarrage du V.I.E et du V.I.A se fait toujours le 1er du mois.  Exemple : Vous soufflez vos 29 bougies le 23 mars, c’est OK si votre mission commence le 1er mars, c’est NON pour un départ le 1er avril.

2 - La nationalité : Ce n’est pas parce que le dispositif est made in France que le V.I n’est ouvert qu’aux français ! Bonne nouvelle, tous les jeunes ayant la nationalité d’un pays de l’Espace Économique Européen peuvent partir ! Rappel : L’EEE englobe la France, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Chypre, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie et la Suède.

3 - Le service national : Pour partir en Volontariat, il faut - si vous êtes de nationalité ou de double nationalité française - être en règle avec le service national du pays. En gros, pour les Français de moins de 25 ans, ça veut dire pouvoir communiquer votre numéro d’identifiant Défense qui atteste que vous avez bien été recensé et que vous avez participé à la Journée Défense et Citoyenneté. Si vous avez plus de 25 ans, vous n’avez pas à fournir ce numéro !
Si vous n'êtes pas français, ignorez cette rubrique qui ne vous concerne pas.

4 - Le casier judiciaire : Pour devenir Volontaire International, il faut avoir un casier judiciaire vierge.

5 - Enfin, si vous avez déjà effectué un V.I.E ou un V.I.A, vous ne pouvez pas repartir en mission. Il faut bien laisser la place aux petits nouveaux ! 😉

Est-ce que mon profil colle aux conditions du pays de destination ?

Aucune destination ne se ressemble ! C’est vrai des paysages, de la gastronomie et de la culture mais aussi des règles d’accueil. Comme c’est le cas pour l’expatriation ou les études à l’étranger, chaque pays ouvert au V.I.E et au V.I.A a ses propres conditions pour vous accueillir ou non. Exemple : visa, résidence fiscale, niveau d’étude...

Du coup, pour vérifier que tout est ok, consultez le tableau des conditions pour partir en V.I.E du ou des pays de votre choix.  

Pensé pour vous simplifier la vie, chaque tableau compile les prérequis de la destination concernée. Suivez le mode d’emploi : 

- Si vous ne rencontrez que des ☼, c’est bon ! Vous pouvez candidater dans le pays et votre candidature sera étudiée pour vérifier qu’elle colle bien aux conditions. 

- Si vous avez une ou plusieurs X, le départ dans ce pays spécifique n’est pas possible ! Mais vous savez ce qu’on dit : un de perdu, 10 de retrouvés. Continuez vos recherches !  

Vous avez un doute sur votre situation ? La page du pays qui vous intéresse n’est pas encore disponible ? Contactez Business France

Suis-je prêt à respecter mon engagement auprès de Business France ?  

En partant en Volontariat International, vous bénéficiez d’un statut sécurisé et rassurant ! Vous êtes encadré par l’Ambassade de France, par l’entreprise qui vous accueille et par Business France. En contrepartie, vous vous engagez à respecter les conditions posées dans la lettre d’engagement que vous signez avec Business France. 

Avant le grand départ, il vous faudra notamment :   

- Etre à jour dans vos vaccinations et passer une visite médicale. Vous devez être déclaré médicalement apte à réaliser la mission.

- Vous engager à vous consacrer entièrement et à plein temps à la mission.

3. Peut-on étudier ou travailler en parallèle d’un V.I.E ou d’un V.I.A ?

Le V.I.E et le V.I.A se vivent à 100% et à temps plein ! En devenant Volontaire International, vous vous engagez à vous consacrer à fond aux activités et aux tâches qui vous sont confiées. En règle générale, le V.I.E ou le V.I.A ne sont donc pas compatibles avec des études, une activité rémunérée à temps plein ou un job à temps partiel.

Pas d’activités rémunératrices possibles à côté du V.I.E et du V.I.A

Quand vous signez pour une mission de Volontariat International, vous dites oui à une expérience incroyable, formatrice mais aussi très prenante. Un V.I.E ou un V.I.A est une activité professionnelle rémunérée et à plein temps ! Il est donc impossible de conserver une activité rémunératrice ou de suivre des études très prenantes en parallèle. 

Concrètement, ça veut dire : 

- Pas de CDI, de CDD, d'alternance, de job à temps partiel ou toute autre activité rémunératrice simultanément à votre V.I.E ou V.I.A.

- Pas d’auto-entrepreneuriat sauf si votre activité entre dans les exceptions prévues (voir ci-dessous). Du coup, si vous possédez une micro-entreprise, il faudra penser à la mettre en sommeil pendant toute la durée de votre mission. Faites également attention à ne pas vous mettre en difficulté vis-à-vis du droit de la concurrence. Il ne faudrait pas qu’il y ait de conflit d’intérêt entre votre société et celle pour laquelle vous prévoyez de partir en V.I.E !

- Vous ne devez, en aucun cas, faire partie des effectifs d’une société dont vous êtes associé, actionnaire ou mandataire social. 

- Pas d’études pouvant interférer sur vos heures de travail ou entrer en conflit avec vos activités de V.I.E. Exemple : Ca n’est peut-être pas le moment de vous lancer dans un Master de philosophie ou un PHD en physique. En revanche, un cours du soir sur votre temps libre est OK. 

En plus de l’impossibilité de jongler entre un V.I à temps plein et une autre activité prenante, le risque si vous maintenez une activité rémunérée, c’est que le fisc français remette en cause votre statut V.I.E et que vos indemnités deviennent imposables.  

Travail et V.I.E : les exceptions autorisées  

Vous l’avez compris, le Volontariat International se vit à fond et demande votre pleine attention ! Mais il existe des exceptions à la règle générale qu’on vous partage ici. 

Les activités rémunérées suivantes sont autorisées : 

- Le stage de fin d’étude, si votre école permet de l’effectuer en V.I.E.

- La production d'œuvres scientifiques, littéraires ou artistiques. On ne va quand même pas vous empêcher d’écrire vos mémoires ou de vendre des tableaux sur votre temps libre 😊

- L’enseignement (autre que sportif) à condition que l’entreprise ou l’administration où vous effectuez votre V.I.E ou V.I.A donne son accord.

- L’enseignement sportif sous 2 conditions : la première, c’est d’avoir un diplôme ou un certificat officiel. La seconde, d’avoir le feu vert de l’entreprise qui vous recrute. Exemple : si vous voulez exercer en tant que moniteur de ski, vous devez être titulaire d’un brevet d’Etat d’éducateur sportif et avoir l’accord de votre entreprise d’accueil. 

Sachez tout de même que pour les éventuelles activités d’enseignement validées par l’entreprise, vous ne serez pas couvert par l’assurance qui encadre le V.I.E et le V.I.A.  Du coup, cette activité est entièrement à votre charge et vous êtes pleinement responsable d’éventuelles conséquences fiscales liées à ces revenus supplémentaires.

Pour ce qui est des activités bénévoles, elles sont bien entendu autorisées, à condition de :

- Ne pas faire l’objet de rémunération, sous quelque forme que ce soit.

- Ne pas empiéter sur votre temps de travail.

- Ne pas interférer avec l’activité ou les valeurs de la structure qui vous accueille 

4. Quel est le salaire d’un V.I.E / V.I.A ?

Le Volontariat International n’est pas une activité bénévole. En tant que V.I.E et V.I.A, vous êtes toujours payé en échange de votre travail et cela quels que soient le type de mission, le pays où vous partez ou la structure qui vous accueille.

Vous avez dit salaire ? 

A vrai dire, on ne parle pas de salaire quand il s’agit de la rémunération du Volontaire International. Le terme consacré est : Indemnités Forfaitaires d’Entretien (I.F.E. pour les intimes). 

Si on parle d’indemnités c’est parce que : 

- Aucune cotisation - sécurité sociale, assurance chômage, CSG - n’est prélevée

- Le montant que vous percevez n’est pas imposable sur le revenu en France

Maintenant que nous avons abordé la question de sémantique, entrons dans le vif du sujet ! 

Combien gagne un V.I.E / V.I.A ?

Il n’y a pas de réponse standard à cette question pour la bonne raison que l’indemnité du Volontaire International est composée d’une part fixe et d’une part variable qui dépend du pays de destination.

Pour être plus précis, l’indemnité forfaitaire d’entretien comporte :

- Une indemnité commune, identique pour tous les Volontaires Internationaux. Révisé tous les ans, ce montant est fixé à 723,99 € / mois en 2020

- Une indemnité géographique qui dépend du pays voire de la localité dans lesquels vous effectuez votre mission. Elle est fixée en fonction du niveau de vie local pour couvrir les besoins de subsistance, d’équipement et de logement du volontaire dans le pays d’accueil. Recalculée trimestriellement, elle varie actuellement de 600 € à 4300 € (barèmes d’octobre 2020).

Ce sont le Ministre des Affaires Étrangères et le Ministre délégué au Budget qui fixent par arrêté trimestriel les montants de ces indemnités dans deux barèmes : un réservé aux V.I.E , l’autre aux V.I.A. 

Vous l’aurez compris ces montants ne sont pas négociables car ils sont fixés par le gouvernement sur la base de critères objectifs. Ni Business France, ni l’entreprise qui vous recrute n’ont de prise sur votre indemnité.

Pour télécharger les barèmes des indemnités géographiques par pays et localité, c’est ici :

- Barème V.I.E
- Barème V.I.A

Dans quels cas perçoit-on une indemnité réduite ? 

En règle générale, vous percevez l’intégralité de votre indemnité mensuelle. Néanmoins, dans certains cas, vous ne touchez pas votre indemnité géographique à 100 %. On clarifie tout ça !  

Vous percevez 100% de votre indemnité mensuelle quand : 

- Vous êtes en poste dans votre pays d'affectation.

- Vous prenez des congés hors de France et des DOM-TOM.

- Vous passez moins de 7 jours en France ou dans les DOM-TOM

Vos indemnités forfaitaires sont dégrevées c’est-à-dire revues à la baisse si : 

- Vous restez plus de 7 jours consécutifs en France ou dans les DOM-TOM pendant votre mission que ce soit pour des congés ou pour les besoins de la mission. Vous percevez alors 100% de l’indemnité commune mais l’indemnité géographique est adaptée sur le montant le plus faible de la zone Euro.

- L’entreprise ou l’organisation qui vous accueille prend en charge une partie ou l'entièreté du coût de votre logement. Dans ce cas, votre indemnité géographique diminue de 20% mais l’indemnité commune reste identique.

- Votre V.I.E ou V.I.A se déroule dans un pays de l’Espace Economique Européen où vous avez votre résidence principale (au cours des 6 mois qui précèdent le début de votre mission). Vous percevez toute l’indemnité commune mais seulement 15 % de l’indemnité géographique. 

- Vous êtes en congés maladie, maternité ou d’adoption. Votre indemnité commune vous est payée à 100 % mais vous percevez 50% de l’indemnité géographique. 

Peut-on toucher d’autres revenus en parallèle du V.I.E ? 

Vous ne pouvez pas percevoir d’autres rémunérations que votre indemnité forfaitaire. 

Concrètement, ça veut dire : 

- Pas de commission, de prime ou de bonus dans le cadre de votre mission.

- Pas d’activités rémunératrices en dehors de votre mission sauf cas particuliers.

Quelles sont les modalités de versement de l’indemnité forfaitaire ? 

C’est Business France et non l’entreprise qui vous verse vos indemnités forfaitaires. Toutes les fins de mois, vous recevez par virement le montant de votre indemnité sur votre compte bancaire en France. C’est pourquoi, il est absolument nécessaire que vous ayez ouvert un compte en banque français avant votre départ. 

Dans quels cas, ce versement est-il suspendu ? 

- Si vous oubliez de communiquer vos coordonnées à Business France dans les 15 jours qui suivent votre arrivée dans le pays de votre mission.

- Si votre mission est interrompue.

5. Le V.I.E est-il accessible aux personnes handicapées ?

Il est tout à fait possible de partir en Volontariat International si vous avez un handicap ! 

V.I.E et handicap : Partir à l’étranger dans un cadre sécurisant

Qu’on soit handicapé ou non, partir à l’étranger est toujours intimidant. Le gros avantage du V.I.E et du V.I.A, c’est le cadre sécurisant et rassurant qu’il offre aux jeunes. Vous êtes accompagné par Business France et sous la protection de l’ambassade de France pendant toute votre mission. 

L’autre point déterminant pour pouvoir partir l’esprit tranquille, c’est qu’en tant que V.I.E ou V.I.A, vous êtes assuré et bénéficiez d’une couverture santé adaptée. 

La mission V.I.E ou V.I.A faite pour vous

C’est avant tout une mission qui vous plait et qui correspond à vos envies et à vos compétences.  Si vous êtes à même de réaliser cette mission, vous pouvez candidater à l’offre de V.I.E ou de V.I.A. L’entreprise ne peut pas refuser votre affectation sur la base de votre handicap, sauf si le médecin juge que votre état de santé n’est pas compatible avec la mission. La structure d’accueil à l’étranger doit également s’assurer que les conditions de travail respectent les principes d’accessibilité, notamment en fonction de la législation locale. Petite précision : l’entreprise qui vous accueille n’est pas, en revanche, tenue d’effectuer les aménagements spécifiques pour rendre la mission accessible. Ces aménagements doivent déjà être en place.

La mission de votre choix n’est pas compatible avec vos aptitudes ? Continuez vos recherches ! Vous trouverez la mission qui vous convient !

Vous hésitez à vous lancer dans l’aventure ? Parmi les 135 pays ouverts aux Volontaires Internationaux, certaines destinations présentent moins de contraintes que d’autres. Partir en Europe peut être un bon calcul : plus proche de chez vous géographiquement, accessible sans visa particulier et tout aussi dépaysant !

6. Avec le Brexit, peut-on encore faire un V.I.E en Angleterre ?

La sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne, plus communément appelée Brexit, a des impacts sur les modalités de voyage et de travail en Angleterre. Le V.I.E et le V.I.A n’échappent pas à cette règle ! Si on dispose déjà d’informations sur certains points, d’autres aspects restent inconnus, dans l’attente des accords du Brexit. On vous partage ici tout ce que l’on sait à date. 

Peut-on encore partir en V.I.E ou V.I.A si l’on est britannique ? 

Sur ce point là, les choses sont claires : les candidats britanniques ne pourront plus postuler à un V.I.E ou à un V.I.A à compter du 1er décembre 2020. Le Volontariat International étant réservé aux candidats issus de l’Espace Economique Européen, le Brexit change la donne pour les Anglais. 

Peut-on encore faire un V.I.E ou un V.I.A au UK ? 

Jusqu’au 1er décembre 2020, on peut encore partir en Volontariat International en Angleterre sous réserve de remplir les conditions pour partir en V.I.E au Royaume-Uni. Ensuite, cela dépendra des accords du Brexit. Ce qui est préconisé aujourd’hui, c’est d’être déjà sur le territoire britannique et d’avoir fait une demande de pre-settled status auprès de l’administration anglaise avant le 31 décembre 2020. Ce statut vous offre la possibilité de travailler au Royaume-Uni pendant 5 ans. 

7. Peut-on partir en V.I.E pendant la crise Covid ? 

La crise sanitaire de la Covid-19 impacte les déplacements et les voyages dans de nombreux pays du monde. Il est toujours possible de partir en V.I.E et V.I.A pendant cette période mais chaque situation est étudiée au cas par cas en fonction des destinations et de votre situation. On vous en dit plus ici. 

Vous pouvez toujours faire un Volontariat International pendant la crise sanitaire mais cela dépend beaucoup du pays de destination et de votre situation. En effet, certains pays sont fermés pour éviter la propagation du virus et ne peuvent donc pas accueillir de V.I.E ou V.I.A. 

En revanche, des candidats déjà sur place, ayant les titres de séjour adéquats ou la nationalité du pays de mission, peuvent parfois effectuer leur Volontariat International sur place malgré ces restrictions. C’est notamment vrai aux Etats-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Maroc. 

Dans certaines situations, il est aussi possible de contourner cette difficulté en passant plus de temps sur la durée entière de son V.I.E ou V.I.A sur le sol français. En effet, un volontaire international peut passer jusqu’à 182 jours en France par an pour être formé par l’entreprise avant le grand départ. Gardez quand même en tête que dès 7 jours consécutifs en France, votre indemnité n’est plus indexée sur votre pays de mission mais sur le montant le plus faible de la zone euro.

Vous l’aurez compris, tout cela est vraiment à regarder au cas par cas. N’hésitez pas à nous contacter pour vous renseigner.

Les questions fréquentes pendant la recherche d’une mission V.I.E ou V.I.A

1. Où trouver un emploi V.I.E et V.I.A ?

Le job board incontournable des offres V.I.E et V.I.A c’est le site Mon Volontariat International que vous connaissez peut-être sous l’ancien nom de Civiweb ou Civi ! Vous y retrouvez tous les emplois V.I.A et de nombreux postes V.I.E. On vous explique comment fonctionne le recrutement V.I.E, d’une part, et V.I.A de l’autre.

Où postuler à un V.I.E ?

Il y a plus d’une manière de trouver un V.I.E !

Vous rendre sur Mon Volontariat International, site officiel de recrutement V.I.E ! Peut-être que Civiweb ou Civi vous sont plus familiers ? C’est normal, le site internet a refait peau neuve et changé de nom au passage ! Ce qui ne bouge pas ? Le job board continue de vous proposer une longue liste de V.I.E couvrant de très nombreux secteurs, entreprises et destinations. C’est la plateforme incontournable du V.I.E, connu des recruteurs et fréquemment mise à jour.

On vous conseille aussi d’aller jeter un œil directement sur les sites des entreprises qui vous intéressent ! Il arrive que certains recruteurs publient les offres de V.I.E directement sur leurs sites. Ce serait dommage de passer à côté de la mission de vos rêves !

Soyez proactif ! N’hésitez pas à approcher directement une entreprise qui vous plaît pour lui proposer de vous faire partir en mission V.I.E ! Vous ne savez pas trop par quel bout l’approcher ? On vous donne les arguments pour convaincre.

Enfin, vous avez la possibilité de valider votre année de césure ou stage à l’étranger en V.I.E ! Renseignez-vous auprès de votre école.

Où candidater à un V.I.A ?

Pour trouver un V.I.A, il n’y a pas trente-six mille façons de faire ! Vous devez toujours postuler via le site Mon Volontariat International, anciennement Civiweb.

En effet, l’intégralité des offres de Volontariat International en Administration y est publiée et mise à jour régulièrement. En plus de cela, les administrations qui recrutent n’acceptent pas de candidatures spontanées.

2. Comment convaincre une entreprise de faire appel à un V.I.E ?

Saviez-vous que vous pouvez proposer spontanément à une entreprise de créer un poste de V.I.E ? Vous n’avez vraiment rien à perdre ! En plus de vous créer une opportunité sur mesure dans l’entreprise qui vous plaît, c’est aussi une manière de prouver votre esprit d’initiative et votre motivation. Vous ne savez pas trop comment aborder le sujet ? On vous donne les 5 arguments clés pour convaincre l’entreprise de sauter le pas !

1. Sécurité : Le Volontariat International en Entreprise est une spécificité française qui existe depuis 20 ans. Et on peut dire qu’elle a fait ses preuves ! Aujourd’hui, c’est plus de 10 000 volontaires internationaux en poste dans le monde entier. Rassurant pour l’entreprise comme pour le candidat, le V.I.E est encadré par Business France et sécurisé par l’Ambassade de France.

2. Simplicité : En termes de démarches pour l’entreprise, le V.I.E est mille fois plus simple qu’une expatriation classique. L’entreprise vous sélectionne, s’occupe de votre titre de séjour dans le pays et encadre la mission opérationnelle. Mais c’est à peu près tout ce qu’elle a à faire. Business France prend en charge la gestion administrative, contractuelle, sociale et logistique.

3. Coûts maîtrisés : Le V.I.E est un dispositif avantageux en termes de coûts pour l’entreprise. Il n’y a pas de charges sociales ou patronales. Et en plus des aides financières comme des subventions régionales existent. Intéressant non ?

4. Souplesse : Le Volontariat International est hyper modulable ! L’entreprise peut adapter le dispositif en fonction de ses besoins. De nombreuses choses sont à la carte :

- la durée de mission de 6 à 24 mois,

- la ou les destinations avec la possibilité de faire courir la mission sur plusieurs pays,

- les modalités d’hébergement et de coaching,

- le recours possible à un V.I.E à temps partagé avec une autre entreprise

- ... et même la possibilité de commencer une formation en France avant le départ !

5. Succès : De très nombreuses entreprises ont recours au V.I.E et se disent extrêmement satisfaites du dispositif ! Le chiffre qui fait toujours de l’effet : 70 % des entreprises qui ont recruté un V.I.E pour une mission commerciale ont vu leur chiffre d'affaires augmenter.

Dernier argument de taille pour l’entreprise mais aussi pour vous : en matière de recrutement, l’expérience de volontariat international est souvent couronnée de succès pour les deux parties. Dispositif de pré-embauche, le V.I.E c’est l’occasion pour l’entreprise de dénicher un talent et des compétences rares. Et c’est là que vous entrez en jeu ! 😉

3. Comment postuler à un V.I.E et à un V.I.A ?

Pour partir en V.I.E, vous inscrire sur le site Mon Volontariat International, anciennement appelé Civiweb, est un pré-requis. On vous explique le déroulement de l’inscription et comment candidater au V.I.E ou au V.I.A.

Inscription sur le site Mon Volontariat International (ancien Civiweb)

Passage obligé pour partir en V.I.E ou en V.I.A, l’inscription sur le site Mon Volontariat International se fait dans la langue que vous maîtrisez (français ou anglais).

Il existe deux niveaux d’inscription :

- Une inscription simple, via votre adresse e-mail, votre compte Google ou LinkedIn qui vous permet de voir les offres V.I.E et V.I.A du jobboard

- Une inscription avancée nécessitant de renseigner votre profil complet soit environ 60 champs pour apparaître dans la CVthèque des recruteurs.

Attention, même si vous êtes recruté sans passer par le site, vous devrez quand même vous inscrire pour vérifier vos critères d’éligibilité et lancer votre mission.

S’y retrouver dans les offres V.I.E et V.I.A

Ne vous laissez pas trop intimider par l’offre ! Vous pouvez postuler à une mission même si :

- Vous ne parlez pas couramment la langue du pays de destination. A moins que l’offre ne l’indique explicitement, ça n’est pas forcément une nécessité. Et puis, c’est un bon moyen de vous challenger à apprendre la langue une fois sur place 😀

- Vous ne serez disponible qu’1 ou 2 mois après la date annoncée pour le début de la mission ? L’annonce est toujours en ligne, allez-y, tentez votre chance !

Postuler à un V.I.E ou à un V.I.A

Une mission vous tape dans l'œil ? On vous explique comment soumettre votre candidature. Deux cas de figure sont possibles :

1. Vous candidatez à une offre de mission publiée sur le job board de Mon Volontariat International

Pour postuler, vous devrez avoir complété votre profil avancé (voir paragraphe précédent)

- Sans autre indication de la part du recruteur, candidatez toujours dans la langue de publication de l’offre d’emploi V.I.E.

- Un petit conseil : avant de vous lancer dans votre candidature, renseignez-vous sur l’entreprise, son secteur d’activité ou encore ses enjeux dans le pays de la mission. Faites aussi un petit tour sur le site du recruteur et sur ses réseaux sociaux pour vous faire une idée de la culture d’entreprise.

- Sur votre CV : mettez en valeur les éléments clés de votre parcours susceptibles d’intéresser l’entreprise ou l’administration. Et surtout, évitez à tout prix de mitrailler différents recruteurs avec le même CV standardisé. C’est la meilleure manière de n’en convaincre aucun.

- Dans votre lettre de motivation : valorisez vos compétences, votre connaissance du secteur, vos connaissances linguistiques, vos soft skills et votre originalité. Mais attention de rester direct et pertinent. Ne perdez pas de vue l’objectif : démontrer au recruteur que vous êtes la personne qu’il lui faut !

Vous ne trouvez pas votre bonheur directement dans les offres du job board ? Bonne nouvelle ! En vous rendant sur la page “Ils recrutent” de Mon Volontariat International, vous pouvez adresser une candidature spontanée à un recruteur sans quitter le site ! Il vous faudra simplement vérifier que l’entreprise les accepte bien.

2. Vous postulez directement sur le site d’une entreprise

Petit rappel : dans ce cas de figure, vous êtes nécessairement à la recherche d’un V.I.E. Les candidatures aux V.I.A se font toujours sur le site Mon Volontariat International et jamais directement auprès de l’organisme public qui recrute !

- Adressez votre candidature via le job board de l’entreprise dans la langue de l’annonce ou dans celle spécifiée par le recruteur.

- Pour la rédaction du CV et de la lettre de motivation, voir plus haut.

- Vous êtes retenu par l’entreprise ? - bravo ! - Il est alors temps de renseigner votre profil complet sur le site Mon Volontariat International. Une “petite” formalité nécessaire pour partir pour une très grande aventure !

4. Où trouver votre numéro identifiant défense ?

Au moment de votre inscription au site Mon Volontariat International (ex-Civiweb), on vous demande votre numéro d’identifiant défense, aussi appelé numéro militaire ou numéro défense. Qu’est-ce que c’est ?

L’identifiant défense est le numéro qui valide que :

- Vous avez été recensé à l’âge de 16 ans,

- Et que vous avez réalisé votre Journée Défense et Citoyenneté.

Maintenant que vous savez à quoi correspond l’Identifiant défense, où le trouver ?

Ce numéro est indiqué sur la convocation de la J.D.C. (Journée Défense et Citoyenneté) qui vous a été adressée par la Direction du Service National.

Vous l’avez perdue ? Contactez le bureau du service national de Perpignan à l’adresse suivante : csn-perpignan.jdc.fct@intradef.gouv.fr. Préciser dans le mail : votre nom, prénom(s), date de naissance, lieu de recensement et numéro de téléphone. On vous communiquera alors votre numéro d’ID défense.

Français de l’étranger ? Les Français résidant à l’étranger se font recenser auprès de l’Ambassade ou du Consulat français, selon leur ville de résidence. En cas de perte de votre identifiant défense, rapprochez-vous du Consulat français.

5. Quelles conditions V.I.E sont négociables et non négociables ?

Les missions de Volontariat International ne font pas l’objet d’un contrat classique entre l’entreprise et le candidat. Encadré par l’Etat et Business France, le statut de V.I.E comme celui de V.I.A repose donc sur des conditions réglementaires. Découvrez ce qui est négociable et ce qui ne l’est pas !

Les conditions V.I.E et V.I.A qui se négocient

Les éléments suivants sont négociables avec l’entreprise ou la structure publique qui vous accueille :

- La prise en charge partielle ou totale de votre logement.

- L’accès à certains services de l’entreprise. Exemple : salle de sport, médiathèque…

- Des cours de mise à niveau linguistique ou autre.

- Les équipements nécessaires à la bonne exécution de la mission. Exemple : pc ou smartphone d’entreprise.

- Un véhicule de service pour vous déplacer pendant vos heures de travail et uniquement dans le cadre de votre mission.

Petite précision : Si ces avantages sont bien sympas, gardez en tête que la structure qui vous accueille ne vous les doit pas. C’est toute la nuance entre ce qui est acquis et ce qui est négociable 😉. Si ce sont des points importants pour vous, enfilez votre costume de négociateur : restez humble et calme, préparez votre argumentaire pour convaincre et faites des compromis quand c’est nécessaire !

Les conditions V.I.E et V.I.A qui ne se négocient pas

Tous les avantages du V.I (sécurité, rémunération, fiscalité…) existent grâce au cadre du statut. La contrepartie, c’est que certaines conditions qui sont négociables lors d’un recrutement classique, ne le sont pas dans le cadre d’une mission V.I.E ou V.I.A.

Ne sont absolument pas négociables :

- Votre salaire V.I.E qui, petite nuance, n’en est pas un. Vous percevez, en effet, une indemnité qui est fixée par l’Etat français. Elle varie en fonction de votre pays de destination pour s’adapter aux coûts de la vie locale et non selon votre ancienneté, vos compétences ou vos qualités de négociateur !

- Primes, commissions, bonus… Tous ces avantages monétaires qui existent traditionnellement dans le salariat ne peuvent pas vous être versés dans le cadre du V.I.E et du V.I.A. L’indemnité constitue votre seule source de revenus ! Mais on vous rassure, elle est calculée pour que vous viviez tout à fait confortablement 😉 !

- Vous ne pouvez pas bénéficier d’un véhicule de fonction c’est-à-dire un véhicule disponible hors du temps de votre mission. Pourquoi ? Parce que ça revient à un avantage en nature.

- En partant en V.I.E ou en V.I.A, vous vous adaptez aux horaires de travail de l’entreprise ou de l’organisme public que vous rejoignez. Du coup, les horaires de travail français ne s’appliquent plus pour vous !

6. Qu’est-ce qu’un V.I.E à temps partagé ?

Comme son nom l’indique, le V.I.E à temps partagé est un dispositif qui permet de répartir le temps d’un Volontaire International entre différents recruteurs. Vous travaillez donc pour plusieurs entreprises mais ça compte pour une seule mission ! Ces entreprises se partagent entre elles les coûts et se mettent d’accord sur l’organisation de votre temps. Exemple : Trois producteurs de vin décident de partager le temps d’un volontaire international occupant un poste de commercial.

Rassurez-vous ! Histoire que vous ne soyez pas écartelé entre une myriade d’employeurs, Business France recommande de limiter le nombre de recruteurs à 2 ou 3. Votre V.I.E à temps partagé est aussi limité à un seul pays pour éviter les déplacements acrobatiques. Seule exception : en cas de cumul entre le V.I.E à temps partagé et le V.I.E régional.

Vous en avez de la chance ! Jusqu’à trois expériences professionnelles pour le prix d’une. Vous apprenez à gérer plusieurs comptes en même temps : c’est formateur et aussi un gros plus sur votre CV !

Dernière petite précision : bien entendu, vous ne touchez qu’une seule indemnité.

7. Faire un V.I.E dans plusieurs pays est-il possible ?

La plupart du temps, un volontariat international en entreprise a lieu dans un seul pays. C’est pourquoi le choix de la destination est souvent difficile ! Mais dans deux cas particuliers, la mission V.I.E peut vous conduire dans plus d’un pays. On vous explique tout.

Vous faites une mission V.I.E régionale

Parfois, l’entreprise qui vous recrute a besoin de couvrir une zone géographique plus large qu’un seul pays. Elle peut, par exemple, avoir besoin que vous fassiez de la prospection dans plusieurs pays d’une même région ou que vous suiviez plus d’un marché.

C’est là qu’intervient la procédure de V.I.E régional qui permet à l’entreprise et au volontaire international de couvrir pour la même mission jusqu’à 8 pays d’une même zone géographique - comprenant le pays d’affectation. Exemple : Vous êtes affecté en V.I.E régional en Thaïlande pour gérer 4 marchés en Asie du Sud-Est : la Thaïlande, le Cambodge, les Philippines et l’Indonésie. Dans le cadre de votre mission, vous pouvez vous déplacer et rayonner opérationnellement dans ces 4 pays. Petit chanceux, vous pouvez faire d’une pierre 4 coups 😉

Dans le cas d’un V.I.E régional, vous résidez uniquement dans votre pays d’affectation et vous touchez l’indemnité relative à ce pays. Dans l’exemple ci-dessus, la Thaïlande est votre seul pays de résidence et la destination sur laquelle se base votre indemnité de V.I.E.

Vous changez de pays d’affectation au cours de votre V.I.E

C’est tout à fait exceptionnel, mais votre recruteur peut demander que vous changiez de pays au cours de votre volontariat international. Rassurez-vous, cette décision ne peut jamais être prise unilatéralement. Pour mettre en route le changement de pays, l’entreprise doit d’abord avoir votre accord puis faire une demande de transfert à Business France.

Là encore, il ne s’agit pas de tout chambouler du jour au lendemain ! Au minimum, le changement de pays se fait avec un préavis d’un mois - sans compter les délais d’obtention d’un éventuel visa.

Bien entendu, si le transfert est accepté, tous vos frais de voyage et de transport de vos affaires sont pris en charge par l’entreprise qui vous recrute. Et ne vous inquiétez pas, vous avez de la marge avec la possibilité d’envoyer jusqu'à 150 kg de bagages non accompagnés (en fret).

Ce qu’il faut retenir : changer de pays en pleine mission est rare et ne se fait jamais sans votre accord ou du jour au lendemain. En plus de cela, c’est zéro prise de tête pour vous côté billets et frais de bagages qui sont pris en charge par l’entreprise.

Les questions fréquentes avant de partir en V.I.E

1. Combien de temps entre votre recrutement en V.I.E et le grand départ ?

Chapo : Vous avez bravé les candidatures et les entretiens et… Bonne nouvelle ! L’entreprise de votre choix vous embauche en V.I.E. Une grande question se pose alors : à quand le départ ? Si on compte en moyenne deux mois entre le recrutement et le début de mission, ce délai peut doubler dans certains cas. On vous en dit plus !

Pourquoi le départ en V.I.E n’est-il pas immédiat ?

Que ce soit en voyage, en expatriation classique ou en V.I.E, partir pour l’étranger demande un peu de préparation et, surtout, pas mal de temps. Avant de vous envoler vers votre destination, vous devez franchir 4 étapes avant d’atteindre la porte d’embarquement : 

1. L’entreprise vous a choisi ! Elle valide votre candidature auprès de Business France. 

2. Le gestionnaire Business France prend le relais ! Il vous envoie un message ainsi qu’à l’entreprise pour confirmer que votre mission V.I.E est bien validée par le recruteur. C’est là que commence l’instruction de votre dossier ! Vous recevez, dans le même message, la note pays qui vous permet d’anticiper si vous avez besoin d’un titre de séjour ou non. Vous devez alors voir directement avec l’entreprise pour les démarches éventuelles de visa ou de permis de travail.  

3. Quand Business France a validé votre dossier, votre gestionnaire vous demande un RIB d’une banque française et vous envoie votre lettre d’engagement à signer électroniquement via votre espace personnel.  

4. Une fois votre lettre d’engagement signée, vos RIB, titre de séjour, certificat médical envoyés via votre espace personnel, et une fois que vous aurez participé à la réunion d’intégration organisée par Business France, vous pourrez partir en V.I.E. Le départ se fait toujours le 1er du mois qui suit !  

Pendant ces différentes étapes, si vous avez besoin d’un update sur votre dossier ou des questions sur vos démarches, vous pourrez contacter votre gestionnaire Business France via votre espace personnel V.I.E ou par téléphone. 

Quels sont les délais entre le recrutement et le départ en V.I.E ?

En moyenne, il faut compter 2 mois entre l’instant où l’entreprise vous dit “oui” et le moment où vous posez le pied dans le pays de destination. Mais ce délai peut être raccourci ou rallongé selon les cas.

Si le dépôt de votre dossier et les démarches de vérification par Business France sont généralement assez rapides, l’obtention du titre de séjour est plus aléatoire et varie énormément selon la destination.

- Pour les pays de l’Espace Economique Européen, c’est simple : pas besoin de visa. Le délai est donc raccourci et vous permet de vous envoler plus rapidement. Si tout roule, le départ peut se faire en 1 mois.

- Pour les pays hors de l’EEE, particulièrement ceux qui nécessitent un visa, comptez 3, 4 à 6 mois voire plus, dans de rares cas.

Attention, partir dans le pays de destination avant d’avoir tout finalisé n’est vraiment pas une bonne idée. Cela pourrait retarder le démarrage de votre mission ou vous empêcher d’obtenir le titre de séjour dont vous avez besoin.

Que faire en attendant de partir en V.I.E ?

Quand on a hâte de partir à l’étranger, le temps peut paraître bien long. Mais c’est le moment idéal pour commencer à organiser votre départ, même s’il n’est pas confirmé à 100%.

Vous pouvez :

- Lire la note pays et préparer tous les documents nécessaires pour obtenir votre titre de séjour.

- Vous rapprocher du recruteur pour lancer les démarches liées à votre titre de séjour mais aussi, éventuellement, pour vous former avant le départ.

- Vous informer sur le pays, ses coutumes et ses codes culturels.

- Vous renseigner et commencer à rechercher un logement dans le pays de destination

- Anticiper l’organisation du transport de vos bagages et du voyage avec votre entreprise.

- Prendre rendez-vous avec un médecin agréé par l’Agence Régionale de Santé pour votre examen médical de début de mission. Et bien sûr, vérifier que vous êtes à jour dans vos vaccins selon le pays où vous partez.

- Charger votre Relevé d’Identité Bancaire (RIB) pour pouvoir toucher vos indemnités le moment venu. Au passage, vérifiez bien que vous disposez d’un compte bancaire en France. Si vous n’êtes pas Français, anticipez au maximum ! Les démarches peuvent prendre du temps.

- Signer électroniquement votre lettre d’engagement avec Business France.

2. Quand est-ce qu’on signe son contrat V.I.E ou V.I.A ?

Contrat V.I.E : définition et période d’essai

Quand on fait un V.I.E ou un V.I.A, on ne signe pas de contrat. Surprenant, non ? Mais pas de panique, le volontariat international est bien encadré juridiquement.

De la même manière que vous percevez une indemnité et pas un salaire, vous signez une lettre d’engagement avec Business France et non un contrat de travail avec l’entreprise qui vous recrute.

Bonne nouvelle ! Qui dit pas de contrat, dit pas de période d’essai. Dans le cadre du V.I.E et du V.I.A, les ruptures de contrat restent exceptionnelles et sont encadrées par Business France. Mais attention tout de même, en signant la lettre d’engagement, comme son nom l’indique, vous vous engagez à respecter un certain nombre de choses.

Lettre d’engagement V.I.E : quoi, quand, comment ?

Qu’est-ce qu’on trouve dans la lettre d’engagement V.I.E et V.I.A ? C’est une mine d’informations qui mentionne notamment :

- Vos droits et vos obligations en tant que Volontaire International

- La nature et le périmètre de vos missions dans l’entreprise qui vous recrute

- Votre package et les conditions de prise en charge de votre billet d’avion aller et retour ; du transport de vos bagages en fret à hauteur de 150 kg par trajet pour l’aller et le retour ; de votre logement dans le pays ; de la mise en place et de la prise en charge financière de votre titre de séjour ; de votre assurance santé et rapatriement pour l’international.

Quand est-ce que vous signez la lettre d’engagement ? Quelques jours avant votre départ en mission, une fois que votre dossier est traité et validé.

Concrètement, comment ça se passe ? Business France vous adresse la lettre d’engagement dans votre espace personnel sur le site Mon Volontariat International. A réception, vous devez la signer électroniquement via votre espace personnel V.I.E.

3. Quelle assurance maladie quand on part en V.I.E ou V.I.A ?

Parce que l’international présente ses propres challenges et que le Volontariat International est un statut à part, vous bénéficiez en tant que V.I.E ou V.I.A d’une couverture sociale privée mise en place par Business France ou l’organisme public recruteur. Vous bénéficiez à la place, d’une couverture sociale privée mise en place par Business France pour le V.I.E et, dans le cadre du V.I.A par le Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères (MEAE) ou par le Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi (MEIE).

Qu’est-ce qui est couvert ?

Souscrit auprès d’April International Care France, le contrat d’assurance mis en place par Business France pour les V.I.E et ses V.I.A couvre :

- Les frais de santé

- L’assistance rapatriement

- La responsabilité civile

- La prévoyance

- Les risques spéciaux

Concrètement, ça veut dire qu’une fois en poste à l’étranger, vous et vos ayant-droit éventuels, bénéficierez :

- Des prestations classiques d’une couverture santé et prévoyance : remboursement de vos soins d’assurance maladie, maternité, invalidité, accidents du travail et maladies professionnelles.

- D’une couverture en cas d’hospitalisation ou de rapatriement.

- D’une assurance en responsabilité civile.

Où me renseigner sur l’assurance maladie V.I.E ou V.I.A ?

Avant le démarrage de votre mission, vous recevez un guide détaillant l’ensemble de votre couverture sociale et celle de vos ayants droit.
April International vous présente le fonctionnement de l’assurance et répond à vos questions pendant la journée d’intégration organisée par Business France.

4. Peut-on étendre sa couverture sociale V.I.E à ses proches ?

Vous prévoyez d’embarquer votre conjoint(e) et/ou vos enfants avec vous dans l’aventure du V.I.E ? Bonne nouvelle ! Vos proches peuvent, sous certaines conditions, être pris en charge par votre couverture sociale V.I.E.

Le contrat d’assurance du V.I.E, que Business France souscrit pour vous, peut couvrir vos proches à condition de les déclarer en tant qu’ayants-droits au cabinet d’assurance avant le départ et sous réserve :

- Que vous communiquiez bien les documents officiels - mariage, pacs, concubinage, certificat de naissance - requis

- Que la personne qui vous accompagne n’exerce pas d’activité salariée dans le pays de destination

- Que votre proche ne soit pas ressortissant du pays dans lequel vous faites votre mission.

Sans ces trois conditions, il ne peut pas être ayant-droit.

Vous le voyez, c’est assez technique😅! Pour toutes ces raisons, c’est le cabinet d’assurances chargé de votre protection sociale qui confirme toujours la prise en charge des personnes qui vous accompagnent !

5. Est-ce qu’on touche le chômage après un V.I.E ou un V.I.A ?

Le V.I.E, comme le V.I.A, ne vous donne pas droit au chômage. En effet, en tant que Volontaire International vous ne recevez pas un salaire soumis à cotisations mais une indemnité forfaitaire. A votre retour de mission, vous ne pouvez donc pas prétendre aux allocations de chômage.  

Vous touchiez le chômage avant votre départ en V.I.E ou en V.I.A ? Vous devez avertir Pôle Emploi de votre départ en Volontariat International avant de commencer votre mission. Vos droits seront alors suspendus jusqu’à votre retour en France à la fin de votre expérience de V.I.E.  

Pour retrouver vos allocations chômage, vous devrez fournir à Pôle Emploi :

- Votre certificat d’accomplissement de V.I.E qui vous est remis par Business France en fin de mission, une fois vos démarches de retour effectuées.  Ce document précise vos dates de départ et de retour de Volontariat.

- Une copie de votre carte vitale ou une attestation de la CPAM précisant votre numéro d’immatriculation.

6. Est-ce que le V.I.E compte pour votre retraite ?

Quand vous partez en V.I.E ou en V.I.A, vous ne cotisez pas pour la retraite. En revanche, la durée de votre mission de Volontariat International est, elle, comptabilisée pour votre retraite. On vous détaille pourquoi et on vous explique comment valider ces trimestres à votre retour.

V.I.E et retraite : comment ça marche ?

Rappelez-vous, le V.I est un statut tout à fait à part ! Comme vous ne touchez pas de salaire mais des indemnités, pas de cotisation retraite dans le cadre de votre mission.

Mais bonne nouvelle ! Tout n’est pas perdu. Si vous avez passé au moins 6 mois en mission, le temps passé en volontariat international compte pour la retraite. Au même titre que le service militaire, les trimestres de mission V.I.E et V.I.A sont donc comptabilisés pour votre fin de carrière. Vous savez ce qu’on dit, il n’est jamais trop tôt pour préparer sa retraite !

Comment comptabiliser les trimestres de V.I.E pour votre retraite ?

Attention, la validation de vos trimestres de V.I.E ne se fera pas toute seule. Pour que la durée de votre mission compte pour la retraite, vous avez quelques démarches à entreprendre. Mais rassurez-vous, on vous guide dans cette procédure !

Avant toute chose, il vous faudra mettre la main sur le certificat d’accomplissement de votre volontariat. Ce document qui vous est remis en fin de mission par Business France - si vous êtes V.I.E - et par le MEAE, la DG Trésor ou Business France, si vous êtes V.I.A, vous permet de justifier vos trimestres d’activité.

Auprès de qui faire valider et comptabiliser ces trimestres ? Pour faire valoir cette période, vous devez envoyer par courrier une copie de votre certificat d’accomplissement de Volontariat à votre interlocuteur, soit la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse) où vous cotisez dans le cadre de votre activité, soit celle de votre dernier lieu de résidence. Pensez à indiquer votre numéro de sécurité sociale et à préciser qu’il s’agit d’une demande de “régularisation de carrière”. Pour simplifier, ça veut dire une demande de prise en compte de votre Volontariat.

Niveau délai, la CNAV met environ 4 à 6 mois pour valider vos trimestres. Au terme de ces six mois, pour vérifier que tout a bien été pris en compte, vous pouvez lui demander un relevé de carrière.

Je ne suis pas français : est-ce que le V.I.E compte pour ma retraite ?

Vous avez exactement les mêmes droits que les volontaires français !

Les mêmes règles et procédures s’appliquent pour vous : c’est le premier régime d’assurance vieillesse auquel vous êtes obligatoirement affilié après votre V.I qui sert de base de calcul et de validation de vos trimestres. Et vous devrez communiquer à la CNAV votre certificat d’accomplissement de mission. (voir paragraphe précédent).

7. Faut-il déclarer votre indemnité V.I.E ou V.I.A aux impôts ?

Chapo : L’indemnité qui vous est versée tous les mois dans le cadre de votre mission V.I.E ou V.I.A est exonérée d’impôts en France. En revanche, vous devez quand même remplir une déclaration d’impôts en France et cela, que vous soyez Français ou non. On vous aide à y voir clair dans la fiscalité du Volontariat International !

Est-ce qu’on paie des impôts sur les indemnités de V.I.E et de V.I.A ?

Parce que vous ne touchez pas un salaire mais une indemnité, vous ne payez pas d’impôts sur le revenu dessus. Cette indemnité est aussi exclue de l’assiette de la CSG (Contribution Sociale Généralisée) et de la CRDS (Contribution au Remboursement de la Dette Sociale) qui sont généralement prélevées sur les revenus. Bref, c’est un des supers avantages du statut de Volontariat International !

Mais attention vous devez quand même déclarer vos impôts sur ces indemnités en France. Et cela concerne absolument tout le monde ! Que vous soyez V.I.E ou V.I.A, Français ou ressortissant de l’Espace Economique Européen, vous n’y échapperez pas 😉 Mais pas de panique, on vous guide dans toutes ces démarches !

Comment déclarer ses impôts V.I.E et V.I.A ?

Sous certaines conditions, vous pouvez demander à être rattaché au foyer fiscal de vos parents. C’est possible si :

- Vous avez moins de 21 ans au 1er janvier de l’année de référence fiscale, c’est-à-dire l’année concernée par la déclaration.
- Ou si vous avez moins de 25 ans au 1er janvier de l’année de référence fiscale ET si vous pouvez justifier que vous continuez vos études.

Ça n'est pas le cas ? Alors vous devez remplir votre propre déclaration. Ah, les joies de devenir adulte ! 😀

Où trouver le formulaire de déclaration d’impôts ?

Pour obtenir votre formulaire pour déclarer vos indemnités de V.I aux impôts, il existe deux cas de figure :

- Vous avez déjà rempli une déclaration d’impôts par le passé : l’administration fiscale vous adresse automatiquement un formulaire de déclaration prérempli sur lequel figure votre numéro fiscal. Bonne nouvelle : votre déclaration peut s’effectuer en ligne !

- Vous n’avez jamais rempli de déclaration fiscale en France : vous devez alors vous procurer le formulaire auprès du Centre des Impôts dont vous dépendez ou sur le site internet www.impots.gouv.fr. Ce coup-ci, vous devrez envoyer votre déclaration par courrier. En cas de questions, n’hésitez pas à contacter l’administration fiscale pour être guidé dans vos démarches.

Comment remplir votre déclaration d’impôts V.I.E ?

Vous avez obtenu le formulaire mais vous n’êtes pas trop sûr de comment le remplir ? On vous explique comment faire selon votre cas de figure !

Cas 1. Au cours de l’année fiscale concernée, vous n’avez pas perçu d’autres revenus que vos indemnités de volontariat international.
Exemple : Vous déclarez vos revenus de 2020 et votre seul revenu sur cette année est votre indemnité de mission V.I.E.

Vous déclarez alors “0” revenu au titre de vos indemnités V.I.E et vous joignez une attestation sur l’honneur écrite à la main dans laquelle :

- Vous précisez avoir réalisé une mission en tant que V.I.E ou V.I.A
- Vous indiquez la durée de votre mission de volontariat international
- Vous rappelez l'article L. 122-12 du code du Service National en citant le paragraphe suivant :  "L'accomplissement du Volontariat International en Entreprise ouvre droit, à l'exclusion de toute rémunération, à une indemnité mensuelle, exonérée de l'impôt sur le revenu et exclue de l'assiette de la contribution sociale généralisée et de la contribution au remboursement de la dette sociale.".

Dans cette hypothèse, vous pouvez, si besoin, demander une attestation de non-imposition auprès de votre Centre des Impôts.

Cas 2. Au cours de l’année fiscale concernée, vous avez reçu vos indemnités de Volontaire International ET des revenus salariés ou non-salariés de source française 

Exemple : Vous déclarez vos revenus de 2020. Sur l’année 2020, vous avez perçu vos indemnités pour vos 8 mois de mission V.I.E et 3 mois de salaire d’une entreprise française pour un CDD commencé à votre retour de mission.

Vous déclarez alors :

- “0” revenu au titre de vos indemnités V.I.E et vous joignez une attestation sur l’honneur (voir ci-dessus)
- Vos revenus salariés de source française
- Vos autres revenus provenant de biens ou de droits localisés en France (revenus immobiliers, revenus de droits d’auteur…)

Cas 3. Au cours de l’année fiscale concernée, vous avez reçu vos indemnités de Volontaire International sur une partie de l’année ET des revenus de source étrangère pour le reste de l’année 
Exemple : Vous déclarez vos revenus de 2020. Sur l’année 2020, vous avez perçu vos indemnités pour vos 6 mois de mission V.I.E en Allemagne et 6 mois de salaire d’une entreprise allemande qui vous a embauché après votre V.I.E.

Vous déclarez alors :

- “0” revenu au titre de vos indemnités V.I.E et vous joignez une attestation sur l’honneur (voir cas 1)
- Pour les revenus de sources étrangères perçus après votre V.I.E, vous vous adressez au Centre des Impôts dont vous dépendez en France pour connaître vos nouvelles obligations fiscales, notamment en matière de déclaration.

Attention ! Quand votre mission est terminée, vous changez de statut et cela que vous reveniez en France ou que vous restiez à l’étranger. Contactez votre Centre des Impôts pour faire le point !

Enfin, faire un V.I.E ne vous donne pas accès à la prime pour l’emploi car en tant que Volontaire International vous êtes déjà exonéré d’impôts, de cotisations et de charges sociales. Il ne faut pas être trop gourmand 😋

8. Quand, où et comment passer l’examen médical pour pouvoir partir en V.I.E ?

Pour pouvoir partir en Volontariat International, vous devez être déclaré apte par un médecin et donc passer un examen médical avant votre départ. 

Quand prendre rendez-vous pour cette visite médicale ? Vous devez effectuer votre examen médical dans le mois qui précède votre départ en mission. Du coup, anticipez un peu et pensez bien à bloquer un rendez-vous dans votre agenda !

Où passer cet examen ? Vous devez vous faire examiner en France ou dans votre pays de l’EEE avant le départ. Pas besoin d’aller chez un spécialiste, faites-vous examiner par un médecin généraliste. La seule condition ? Il faut que ce médecin soit référencé par l’Agence Régionale de Santé ou par l’Ambassade de France à l’étranger.

A quoi sert cet examen médical ? Obligatoire pour pouvoir partir en Volontariat International, cette visite permet au médecin de s’assurer que vous êtes bien en capacité de réaliser votre mission dans le pays où vous partez en V.I.E ou V.I.A. Si c’est le cas, il vous fournira un certificat médical qui en atteste.

C’est aussi l’occasion de demander au médecin tout ce que vous devez savoir en matière de prévention sanitaire pour partir dans le pays de votre mission. Pensez notamment à vérifier avec lui que vous êtes bien à jour niveau vaccins. En effet, il faudra que vous ayez fait toutes les vaccinations nécessaires pour partir.

Que faire du certificat médical qui vous est délivré ? Il faut l’envoyer sans tarder à Business France via votre espace candidat sur le site Mon Volontariat International.

Dernier petit conseil : avant de partir, renseignez-vous également sur l’état sanitaire du pays et prenez note des recommandations officielles du Ministère des Affaires Etrangères

10. Qui s’occupe du billet d’avion pour partir en V.I.E ?

Vous êtes impatient de vous envoler vers le pays qui vous accueillera plusieurs mois en V.I.E ? Vous commencez du coup à vous renseigner sur la gestion des billets d’avion. On répond ici aux questions que vous vous posez sur votre sésame pour l’aventure !

La bonne nouvelle c’est que le prix de vos billets d’avion aller et retour est pris en charge par l’entreprise qui vous recrute. Sont donc couverts les trajets de départ en mission et de fin de mission entre votre domicile et le pays d’affectation.

Pour les modalités de prise en charge des frais de transport, l’entreprise a le choix entre deux options :

- Elle peut gérer la réservation et les frais de transport directement avec vous : dans ce cas, le mieux est de vous rapprocher du recruteur pour organiser votre départ. Certaines entreprises préfèrent acheter les billets elles-mêmes, tandis que d’autres vous laisseront réserver et vous rembourseront par la suite sur présentation de la preuve d’achat.

- L’entreprise peut déléguer à Business France la commande du titre de transport dans le cadre de son contrat avec le gestionnaire. Voyez alors avec Business France pour organiser votre voyage.

Si vous ne connaissez pas l’option retenue par votre recruteur, c’est bien simple ! Elle figure sur la lettre d’engagement que vous avez signée avec Business France.

Attention, il ne faudra pas trop traîner pour repartir du pays, en fin de mission ! L’entreprise s’engage, en effet, à prendre en charge votre billet à condition que vous reveniez dans les 3 mois suivants la fin de votre V.I.E.

Et bien entendu, si vous avez la chance d’être embauché dans le pays où vous avez fait votre V.I.E, le remboursement du billet retour n’est plus dû.

9. Quelles sont les conditions de prise en charge de vos bagages ?

On se rêve tous minimalistes. Mais le jour où il faut mettre toute sa vie dans une valise pour partir à l’autre bout du monde, on réalise bien vite que nos affaires ne tiennent pas dans un mouchoir de poche. On est plutôt sur un camion de déménagement.

Ça tombe bien : dans le cadre du Volontariat International, l’entreprise qui vous recrute prend en charge les frais de transport de vos bagages à hauteur de 150 kg par trajet, à l’aller et au retour. Ne vous inquiétez pas, vous n’aurez pas à traîner les 150 kg derrière vous le jour du départ. Il s’agit en fait de bagages non accompagnés soit transportés en fret aérien.

Là où vous entrez en jeu, c’est que c’est à vous de faire la demande de devis pour le transport de ces bagages. Rapprochez-vous de plusieurs transporteurs pour établir différents devis pour le transport de ces bagages en fret aérien, en respectant bien sûr le poids maximum de 150 kg.

Pour le remboursement de ces frais, deux cas de figure existent selon le choix de l’entreprise qui vous recrute :

- Soit c’est l’entreprise qui vous rembourse directement : vous lui présentez dans un premier temps les différents devis pour validation. Vous serez remboursé par l’entreprise dans un second temps sur présentation des factures.

- Soit, l’entreprise a, dans le cadre de son contrat, délégué le forfait bagage à Business France. Dans ce cas, c’est Business France qui vous rembourse les frais de transport de bagages. Une première moitié du forfait vous est versée pendant le premier mois de votre affectation, l’autre moitié avant la fin de votre mission.

Vous n’êtes pas sûr de l’option retenue par votre recruteur ? Elle est indiquée dans la lettre d’engagement que vous signez avec Business France avant le début de votre mission.

Attention : Si vous êtes embauché dans le pays au terme de votre mission, le forfait bagages pour le voyage du retour ne vous est pas versé.

11. Qui trouve et paie le logement du V.I.E et V.I.A ?

C’est en général à vous de trouver et de prendre en charge votre logement dans le pays où vous partez en V.I.E. Néanmoins, il existe des exceptions : dans certains cas l’entreprise est obligée de vous fournir un logement, dans d’autres, elle peut proposer de payer une partie ou la totalité du logement. On vous explique tout ça !

Cas 1. Vous êtes en charge de trouver votre propre logement et d’en payer le loyer :
Il s’agit du cas de figure le plus fréquent ! N’hésitez pas à vous renseigner en ligne - via les réseaux sociaux, des blogs d’expats ou le site de la destination - sur la meilleure manière de vous y prendre. Chaque pays a ses propres spécificités concernant le marché locatif : démarches, prix, conditions d’accès, sites internet, réglementation… Vous imprégner des conseils d'expatriés et de locaux vous aidera à y voir clair. Les loyers sont élevés dans le pays où vous vous rendez ? Si ça vous correspond, ayez le réflexe de la colocation qui permet de diviser les prix et souvent, de se faire des amis dès son arrivée !

Cas 2. L’entreprise doit obligatoirement vous fournir un logement :
Dans certains pays, l’entreprise doit obligatoirement vous fournir un logement. Dans ce cas, l'entreprise prend également en charge la totalité des coûts de votre habitation. En conséquence, votre indemnité géographique est réduite de 20%, et cela quel que soit le contexte ou les spécificités de la mission.

Cas 3. L’entreprise choisit de participer à la prise en charge de votre logement :

- En prenant en charge votre loyer partiellement ou totalement : votre indemnité géographique est alors réduite de 20%.
- En vous fournissant un logement : ne vous inquiétez pas, ce logement devra être conforme aux exigences de sécurité et de salubrité.
- En participant en espèces au paiement de votre logement. Dans ce cas, 2 limites sont à respecter :

o 1ère limite : la participation doit correspondre au prix du marché locatif du pays.
o 2ème limite : la participation doit être au minimum du montant de l’abattement de 20% sur l’indemnité géographique et au maximum du montant de votre indemnité géographique mensuelle.

Pourquoi ces règles ? Parce que tout dépassement peut remettre en cause l’exonération fiscale liée à votre statut V.I.E.

12. Qui gère les démarches de visa pour partir en V.I.E ?

Pour partir travailler dans certains pays, vous pouvez avoir besoin d’un visa ou d’un permis de travail. On vous explique comment savoir si votre destination requiert ou non un titre de séjour et qui s’occupe le cas échéant des démarches administratives pour l’obtenir.

Comment savoir si votre destination nécessite un visa ? 

Vous n’avez pas besoin d'un titre de séjour pour partir dans un pays de l’Espace Economique Européen.

Pour toute autre destination, vous pouvez vous renseigner :

- sur Mon Volontariat International via la page pays, si vous n’avez pas encore postulé à l’offre de V.I.E. Vous y trouvez les critères d’éligibilité par destination.
- En vous référant à la note pays qui figure sur le site Mon Volontariat International dans l’offre d’emploi V.I.E et, une fois recruté, dans votre espace personnel.

Qui s’occupe du visa pour partir en V.I.E ? 

Si vous avez besoin d’un visa ou d’un permis de travail pour pouvoir partir travailler en V.I.E, rapprochez-vous sans tarder de votre recruteur. C’est à l’entreprise et vous de lancer les démarches de titre de séjour. N’attendez pas trop pour mettre en route ces démarches car, pour certaines destinations, les procédures peuvent être longues et un peu complexes.

Comment procéder ? Vous retrouvez dans la note pays toutes les pièces dont vous avez besoin pour constituer votre dossier de demande de visa ou de permis de travail. L’entreprise vous aide à constituer ce dossier en apportant certains justificatifs.

Qui paie les frais de visa et de permis de travail ? C’est l’entreprise qui vous recrute qui prend entièrement à sa charge vos frais de visa. Après tout, ce sont des dépenses d’ordre professionnel ! Deux cas de figure sont possibles : soit l’entreprise règle directement les frais de visa soit elle vous les rembourse à posteriori sur votre compte en France.

Attention, une fois que vous aurez mis la main sur votre titre de séjour, n’oubliez pas d’en adresser une copie à Business France ! Ça se passe directement dans votre espace personnel sur le site Mon Volontariat International.

13. A quoi sert la journée d’intégration V.I.E organisée par Business France ?

Obligatoire pour pouvoir partir en mission, la journée d’intégration des V.I.E est organisée par Business France, l’agence qui gère le V.I.E pour le compte de l’Etat. Cette journée a pour but de vous apporter toutes les informations dont vous avez besoin avant le départ.

Petit rappel : le programme V.I.E étant placé sous l’autorité du Ministère de l’Economie, des Finances et du Commerce Extérieur, il y a pas mal de droits et de devoirs rattachés au statut de V.I.E. Du coup, c’est l’occasion de se les remettre en tête.

Comment s’organise la journée d’intégration ? Vous recevez votre convocation 2 ou 3 jours avant votre départ dans le pays de mission. Le démarrage d’une mission V.I.E se faisant toujours le 1er du mois, cette journée d’intégration a généralement lieu à la fin du mois précédent le grand départ. Pas besoin de vous déplacer ! Elle se fait à distance via un webinaire. 

Sur quoi porte la journée d’intégration ?  Au cours de la réunion d’intégration, Business France :

- Vous sensibilise à vos droits et vos devoirs de V.I.E.
- Vous informe sur les risques liés à la sécurité informatique et les choses à ne pas faire lors de votre mission.
- Vous explique les modalités de votre couverture sociale et les démarches à suivre en cas de maladie, accident, maternité, rapatriement…
- Vous informe sur les grandes étapes qui vous attendent en tant que V.I.E : avant, pendant et après la mission

Si vous n’êtes pas en règle au moment de cette journée, votre départ en mission est reporté au mois suivant 😓
Exemple : vous ne venez pas à la journée, vous n’avez pas votre titre de séjour, vous ne disposez pas du certificat médical obligatoire, etc. Alors mieux vaut anticiper au maximum toutes les démarches ! En cas de report, l’entreprise et vous-même recevez un avenant à la lettre d’engagement qui modifie le mois de démarrage.

Les questions fréquentes pendant la mission V.I.E

1. Quelles sont vos conditions de travail en tant que V.I.E ?

Quand on fait un Volontariat International, on vit au rythme du pays qui nous accueille ! En tant que V.I.E, vous avez donc les mêmes conditions et horaires que les équipes de l’entreprise en local.

Du coup, vous ne dépendez pas des règles de droit du travail français. Concrètement, ça peut vouloir dire de tirer un trait, le temps de la mission, sur les 35h, les semaines qui vont du lundi au vendredi, les jours fériés français, les RTT…
Exemple : En V.I.E aux Emirats Arabes Unis, vous travaillez le dimanche mais pas le vendredi.

Vous vous adaptez pleinement aux us et coutumes de l’entreprise pour être synchro avec vos collègues sur place. Ce rythme peut être parfois atypique (exemple : travail en 3 x 8). Quand c’est le cas, l’entreprise vous en parle avant le début de la mission, et un temps de repos compensatoire vous est accordé.

2. Comment ça marche pour prendre vos vacances en V.I.E ?

Ah les vacances ! L’occasion d’aller explorer un peu le pays où vous faites votre V.I.E ou de rentrer voir vos proches. En tant que volontaire international, vous avez droit à des congés et des jours fériés. On partage avec vous comment ça marche.

A combien de congés avez-vous droit ?

Tous les V.I.E et V.I.A ont droit à un congé annuel d’une durée fixe qui correspond à 2,5 jours ouvrés par mois de mission. Vous accumulez ces congés au fur et à mesure de votre mission. Attention, il ne vous est pas possible de les poser par anticipation - c’est-à-dire avant de les avoir acquis - sauf en cas de fermeture annuelle de votre entreprise.  Exemple : vous commencez votre mission le 1er novembre, en décembre vous avez droit à 2,5 jours de congés. Votre entreprise ferme une semaine pour les fêtes de Noël ? Vous devez poser 2,5 jours de plus en anticipation.

Quid des jours fériés ? Vous avez droit au minimum à 4 jours fériés par an. Vous vous mettez d’accord avec l’entreprise pour déterminer ces jours fériés. Elle peut aussi décider de vous accorder, en plus de ces 4 jours obligatoires, les mêmes ou certains des jours fériés qu’elle accorde aux employés locaux. Si jamais ça n’est pas le cas, vous devrez prendre ces jours non travaillés sur vos congés annuels.

Enfin, le statut du V.I.E vous autorise à prendre des congés exceptionnels dans les cas suivants :

- La naissance ou l’adoption de votre enfant : 3 à 10 jours maximum
- Votre mariage ou PACS :  4 à 10 jours maximum
- Le décès d’un proche : de 1 à 10 jours maximum

Vous voyez avec l’entreprise pour déterminer le nombre de jours exact, compris entre ces minima et maxima.

Comment poser vos vacances V.I.E ?

Vous devez toujours demander l’accord écrit de l’entreprise qui vous accueille. La gestion de tous vos congés - annuels, exceptionnels, maladie, maternité - est directement assurée par l’entreprise. Et vous tenez avec elle le décompte mis à disposition de Business France localement et en France.

Attention, si vos congés vous amènent à quitter le pays de votre V.I.E, vous devez absolument déclarer vos déplacements, via votre compte personnel et attendre l'autorisation de Business France.

Concernant la prise de vos congés annuels, c’est à vous de voir ! Vous pouvez les prendre au fur et à mesure de votre V.I.E, en accord avec l’entreprise. Si vous souhaitez les regrouper, ayez bien en tête que les congés acquis la première année de mission ne sont pas reportables sur l'année suivante. Enfin, les congés non pris ne vous sont pas payés. Alors pensez à les prendre ! 😉

3. Comment organiser vos déplacements pendant votre V.I.E ?

Que ce soit pour explorer la région, rentrer chez vous pour les congés ou partir en voyage professionnel, vous serez certainement amené à vous déplacer pendant votre V.I.E.  On vous explique comment gérer ces déplacements en accord avec le statut de V.I.E.

Il faut toujours déclarer vos déplacements à l’entreprise et à Business France

Quelle que soit la nature de vos déplacements hors du pays (y compris la France) - vacances, week-end, missions professionnelles - vous devez toujours :

- Avoir l’accord du responsable de la structure locale qui vous accueille.
- Soumettre une demande d’autorisation de déplacement à Business France via votre espace personnel sur le site Mon Volontariat International. Précisez toujours le pays de destination et vos dates de voyage.

Attention, c’est obligatoire ! Cette procédure est, avant tout, faite pour garantir votre sécurité. En effet, le Directeur du Bureau Business France ou l’Ambassade de France locale peut refuser un déplacement si la situation sanitaire ou le contexte politique présentent un danger pour vous. C’est aussi un moyen de vérifier que vous ne vous déplacez pas en zones “rouges” , destinations déclarées strictement interdites aux voyageurs par le Centre de Crise du Ministère des Affaires Etrangères.

Zoom sur les frais et la durée des déplacements professionnels

Dans le cadre de votre mission, l’entreprise qui vous accueille en V.I.E peut vous envoyer en voyage d'affaires dans le pays et en dehors de celui-ci. Bien entendu, l’entreprise avance ou vous rembourse les frais de déplacements sur présentation des factures.

Hors Europe, la durée des déplacements professionnels qui vous conduisent hors du pays et hors de France, ne peut dépasser 10 jours par mois, cumulables sur deux mois. Business France doit donner son accord pour autoriser tout dépassement.

Si vous êtes en V.I.E dans l’EEE et en Suisse ou encore que vous effectuez un V.I.E régional, vous pouvez circuler dans toute la zone sans être limité en nombre de voyages,  à condition de ne pas aller au-delà de 2 mois par déplacement.

4. Comment ça marche pour revenir en France pendant un V.I.E ?

Revenir en France : ça risque de vous arriver que ce soit pour prendre des congés en famille ou parce que vous y allez pour le boulot. Pendant votre mission de V.I.E, tous vos déplacements en France doivent être déclarés et autorisés en amont par l’entreprise qui vous accueille et par Business France. C’est principalement parce que ce retour au pays a un impact sur votre durée de séjour autorisée et sur votre indemnité de V.I.E. On vous explique tout ça !

Bien entendu, vous avez le droit de revenir au bercail ! Pour autant, les déplacements en France ne sont pas neutres au regard du statut de V.I.E. Pourquoi ?

- Tout d’abord, parce que vous avez le droit de séjourner 182 jours maximum en France par année de mission.

- Ensuite, parce qu’au-delà de 7 jours consécutifs en France Métropolitaine et dans les DOM-TOM, votre indemnité géographique de Volontaire International est revue à la baisse. Elle est calculée sur le montant le plus faible de la zone Euro, pendant le temps de votre séjour. Exemple : sur un mois de 30 jours, vous passez 20 jours dans le pays de la mission et 10 jours en France. Vous toucherez alors 100% de l’indemnité commune + 20 jours de l’indemnité géographique du pays + 10 jours de l'indemnité géographique à taux réduit. En revanche si vous passez 6 jours en France, vous touchez votre indemnité à 100%

Pour ces raisons, vous devez obligatoirement déclarer vos déplacements en France via votre espace personnel sur Mon Volontariat International.

Si vos séjours en France sont entrecoupés de déplacements à l’étranger, vous devez pouvoir justifier auprès de Business France des nuits que vous passez hors du pays pour que le taux réduit ne soit pas appliqué. 

Tenté de filouter pour éviter de voir vos indemnités baisser ? On vous le déconseille fortement ! Nous finissons toujours par le savoir et l’administration fiscale aussi 😁 Alors il vous faudra reverser les sommes touchées par erreur, qui ont été facturées à l’entreprise qui vous accueille. Si vous espérez vous faire recruter après votre mission, flouer l’employeur n’est pas la meilleure stratégie, pensez-y !

Vous êtes ressortissant V.I.E d’un autre pays de l’EEE ? La même règle s’applique si vous rentrez dans votre pays de résidence en Europe !

5. Peut-on faire son Volontariat International en Entreprise en télétravail ?

Le télétravail se démocratise dans de nombreux secteurs et entreprises. C’est aussi le cas pour le V.I.E, sous certaines conditions et sous réserve que l’entreprise d’accueil le pratique.

S’il n’est pas possible de faire votre V.I.E à 100% en télétravail, l’entreprise peut, si elle le souhaite, vous accorder jusqu’à 3 jours par semaine de travail à domicile. Vous l’aurez compris, ça dépend vraiment de l’employeur et de ses contraintes en matière d’organisation et de continuité de service.

La possibilité de télétravailler ne dispense pas l’entreprise de vous fournir des locaux pour effectuer vos journées en présentiel. Exemple : L’entreprise vous autorise à travailler de chez vous 3 jours par semaine. Elle doit aussi vous mettre à disposition des locaux, ceux de l’entreprise ou de la structure d’accueil, pour vous recevoir le temps de travail restant.

Enfin, rassurez-vous : le télétravail n’a pas d’incidence sur votre couverture sociale. L’assurance responsabilité civile privée dont vous bénéficiez pendant toute la mission, s’applique aussi au télétravail et sur votre temps libre. Et si vous deviez avoir un accident en travaillant de chez vous sur vos horaires de travail, il serait aussi considéré comme un accident du travail.

6. Pouvez-vous démissionner d’un V.I.E ? 

La rupture de contrat V.I.E ne se fait jamais de façon unilatérale. Concrètement, ça veut dire que vous ne pouvez pas démissionner et que l’entreprise ne peut pas non plus vous licencier sans médiation de Business France. Ce dernier n’acceptera de mettre fin à votre mission que dans des cas de figure bien précis. On vous explique tout ça.

Pourquoi vous ne pouvez pas décider seul de démissionner de votre V.I.E

Vous le savez : le contrat V.I.E n’en est pas un, juridiquement parlant. En effet, il n’existe pas de lien contractuel entre l’entreprise et vous. C’est auprès de Business France que vous, comme l’entreprise, vous engagez. C’est pourquoi vous signez une lettre d’engagement avec Business France et non le recruteur avant votre départ.

Du coup, la rupture du contrat V.I.E ne peut jamais se décider unilatéralement de votre côté, de celui de l’entreprise ou même entre vous et l’entreprise. Bref, rien ne doit se faire sans l’accord de Business France qui est décisionnaire et médiateur dans l’arrêt de toute mission V.I.E. Enfin, l’interruption de votre V.I.E n’est possible qu’à certaines conditions que l’on vous détaille dans le paragraphe suivant.

Dans quels cas une rupture de contrat V.I.E est-elle possible ?

Business France peut mettre fin à une mission de V.I.E :

En cas de force majeure, c'est-à-dire si un événement imprévisible, extérieur et irrésistible survient, vous empêchant d’aller au bout de la mission. Exemple : une guerre, un ouragan, une épidémie...

Si l’entreprise ne respecte pas la convention signée avec Business France. Exemple : arrivé sur place, le V.I.E ne dispose pas de lieu de travail ou d’un manager.

En cas de faute grave du V.I.E. Exemple : absences non justifiées, vol, comportement injurieux.

Si l’entreprise et le V.I.E le demandent d’un commun accord.

Si l’entreprise motive et démontre activement que la fin de la mission est dans l’intérêt du service ou de l’activité Exemple : l’entreprise rencontre des difficultés et ne peut conserver le V.I.E en poste ou si le V.I.E n’est pas apte à remplir sa mission. L’entreprise doit alors respecter un préavis d’un mois à compter de la validation du motif par Business France.

Si le Volontaire International doit quitter son V.I.E pour exercer une autre activité professionnelle sous réserve d’en fournir la preuve. Il doit alors respecter un préavis de 3 mois à partir du moment où Business France valide le motif du départ.

Comment faire la demande d’interruption de V.I.E ?

Si vous vous trouvez dans une situation qui vous amène à envisager une démission, parlez-en le plus tôt possible à votre gestionnaire Business France. C’est le prérequis pour que Business France puisse agir en médiateur et faire en sorte de trouver la meilleure solution pour vous et pour l’entreprise. Attention, ne recourez jamais à l’abandon de poste qui peut faire l’objet de pénalités.

Concrètement, les étapes pour interrompre une mission sont les suivantes :

L’entreprise ou le V.I.E adresse, par écrit à Business France, leur motivation pour interrompre la mission V.I.E et joint les pièces justificatives correspondant au motif de la demande.

Business France analyse la situation et prend la décision la plus équilibrée concernant le motif et la date de fin. Tant que Business France n’a pas tranché, le V.I.E doit rester à son poste sauf circonstances exceptionnelles.

Business France informe l’entreprise et le volontaire de sa décision, en partageant le motif et la date d’arrêt de la mission.

Quelles pénalités pour non-respect de la procédure ou faute grave ?

Si votre mission est interrompue pour faute grave ou si vous demandez la fin de votre V.I.E pour un motif qui ne figure pas dans les conditions prévues, vous devez rembourser les frais engagés par l’entreprise dans le cadre de votre volontariat. Ces coûts comprennent :

Les frais de voyage - billets d’avion A/R

Les frais de transport des bagages - sur la base des factures du transporteur.

Les frais de formation engagés par l’entreprise.

Le cas échéant, le montant de votre avance et les indemnités versées pendant la période de préavis si vous ne la respectez pas.

Les questions fréquentes liées au retour de mission V.I.E

1. Peut-on prolonger la durée du V.I.E ?

On est tellement bien en V.I.E, qu’on aurait bien envie de prolonger l’expérience ! L’entreprise qui vous accueille en Volontariat International partage votre envie de faire durer la mission au-delà de la date fatidique du retour ? Déterminez si c’est possible et si oui, comment faire !

Si l’entreprise est partante, vous pouvez prolonger la durée initiale de votre mission mais sans jamais dépasser la limite des 24 mois au total. Petit rappel, le V.I.E vous permet de partir 6 à 24 mois en mission pour le compte d’une même entreprise. La limite des 24 mois est ferme et ne peut être dépassée.
Exemple : Si la durée de votre V.I.E est de 24 mois, vous ne pouvez pas prolonger votre mission. En revanche, si votre mission est initialement prévue pour courir sur 18 mois, vous pouvez faire durer l’aventure jusqu’à 6 mois de plus.

Vous pouvez prolonger votre mission dans le même pays ou dans une autre destination, mais toujours pour le compte de la même entreprise.

Comment faire concrètement ? L’entreprise dépose la demande de prolongation sur l’extranet client, au minimum 1 mois avant la fin initialement prévue de la mission, et le jeune donne son accord sur son espace personnel sur Mon Volontariat International. Attention, votre titre de séjour doit évidemment être prolongé pour couvrir cette prolongation. Donc anticipez les démarches ! Exemple : Pour l’Australie, prévoir 3 mois minimum ! Si la demande est acceptée, vous recevez un avenant au contrat V.I.E qui modifie la durée de la mission. Vous devez alors le signer électroniquement sur votre espace personnel.

2. Qu’est-ce que vous devez faire avant de revenir de V.I.E ?

Il est bientôt temps pour vous de rentrer à la maison ! A l’approche du grand départ, il est parfois difficile de s’y retrouver dans les choses à faire et d’identifier les priorités. Un mois avant la fin de votre V.I.E, Business France vous communique le livret retour pour vous guider. Il y a deux démarches absolument nécessaires à effectuer avant de rentrer chez vous : l’examen médical de fin de volontariat et un rapport de fin de mission. Sans elles, vous ne pourrez obtenir votre certificat d’accomplissement de V.I.E

Vous êtes Volontaire International en Administration ? L’organisme public qui vous recrute vous envoie les instructions directement par mail, environ deux mois avant la fin de la mission.

Tout savoir sur l’examen médical de fin de V.I.E

En même temps que le livret retour, Business France vous fait parvenir un certificat médical à remplir avant votre départ. C’est bientôt le moment de passer votre visite médicale de fin de mission !

Cet examen médical doit être passé en fin de V.I.E, de préférence le dernier jour de votre mission ou éventuellement la semaine avant. Deux cas de figure se présentent :
- Vous êtes déjà rentré en France et y terminez votre mission : vous devez effectuer cette visite de contrôle auprès d’un médecin agréé par l’Agence Régionale de Santé.
- Vous êtes toujours à l’étranger : vous prenez rendez-vous avec un médecin référencé par l’Ambassade et figurant sur la liste que peut vous fournir le correspondant V.I.E de votre pays d’affectation.

Au terme de la visite, vous repartez avec le certificat médical complété et devez faire parvenir l’original à Business France par courrier à l’adresse suivante :

Business France Département V.I.E
2, place Laurent d’Arvieux
CS 60708 13572
Marseille Cedex 02

On vous recommande de conserver une copie de ce document. On n'est jamais trop prudent !

Bonne nouvelle, vous n’avez pas à payer cette visite de votre poche ! Vous êtes remboursé par l’assureur qui vous couvre pendant votre mission à deux conditions :

- Passer l’examen médical avant la fin de votre mission
- Faire parvenir à April International l’original de la note d’honoraire du médecin dans les deux mois qui suivent la fin de votre V.I.E.

Qu’est-ce que le rapport de fin de mission V.I.E ?

A la fin de votre V.I.E, vous devez remettre à Business France un rapport de fin de mission. Vous trouverez dans votre espace personnel du site Mon Volontariat International, un formulaire en ligne à compléter.

Pensez à le remplir au plus vite ! Non seulement, il vous permet de faire le point sur votre expérience et la partager avec Business France mais, tout comme le certificat médical, il est obligatoire pour obtenir votre certificat d’accomplissement de V.I.E.

Les autres démarches à mettre en place avant le retour

N’oubliez pas toutes les autres démarches nécessaires à un retour en douceur :

- Vous occuper de votre billet d’avion : rapprochez-vous de l’entreprise ou de l’organisme public où vous faites votre volontariat international.
- Gérer le transport de vos bagages : voyez directement avec l’entreprise ou l'administration.
- Si vous avez trouvé votre logement seul, mettez fin à votre contrat de location au bon moment, en prenant en compte la durée de préavis !
- Pour les V.I.A, penser à remettre votre passeport de service à l’administration concernée.

3. Pouvez-vous rester sur place une fois le V.I.E terminé ?

Un Volontariat International peut être le début d’une longue aventure dans un pays ! Peut-être êtes-vous embauché localement par une entreprise française ou étrangère ? Il se peut aussi que vous ayez envie de rester sur place pour des raisons personnelles - tourisme, retraite spirituelle, coup de foudre… C’est la vie ! On vous explique ce qui se passe quand vous restez dans le pays de votre V.I.E !

Vous êtes recruté localement par une entreprise française ou étrangère

Félicitations ! Votre carrière à l’international est bien engagée 😉 Avec cette bonne nouvelle, le moment est venu pour nous de nous séparer. En effet, vous quittez le statut de V.I.E et le giron de Business France pour tracer votre chemin en toute autonomie ! Un dernier conseil pour la route ?

En étant recruté localement :

- Vous n’êtes plus couvert par l’assurance santé du V.I.E qui se termine le dernier jour de votre mission
- Vous ne pouvez pas bénéficier du régime de sécurité sociale français si votre contrat de travail ne relève pas du droit français.

Du coup, on vous recommande de vous rapprocher sans tarder d’un organisme privé d’assurance adapté aux Français de l’étranger qui permet de bénéficier de la même sécurité sociale qu’en France ou encore de cotiser pour votre retraite. Vous pouvez y adhérer à titre individuel ou par l'intermédiaire de votre employeur. Attention, cette assurance ne vous dispense pas des cotisations liées au régime obligatoire du pays où vous vous installez.

Pour information, si vous êtes embauché sur place, le billet et le forfait bagages liés au statut de V.I.E ne vous sont plus dus au retour.

Vous n’êtes pas salarié mais vous voulez prolonger l’expérience

Vous avez décidé de rester dans le pays à la fin de votre V.I.E pour raisons personnelles, sans être salarié ? On vous aide à mettre de l’ordre dans les choses à savoir et à régler.

Pensez à contacter la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) dont vous dépendiez avant votre départ pour lui signaler votre changement de statut et l’informer que vous séjournez à l’étranger.

Bon à savoir ! Vous avez trois mois à compter du dernier jour de votre mission pour bénéficier de la prise en charge, par votre entreprise, de votre billet de retour et du transport de vos affaires. Passé ce délai, il faudra vous débrouiller par vos propres moyens.

Quelques points de vigilance :

- Assurez-vous que votre titre de séjour, s’il est nécessaire, autorise la prolongation
- Vous ne bénéficiez plus du logement offert par l’entreprise
- Vous n’êtes plus sous la protection de Business France
- Vous ne bénéficiez plus de la protection sociale et de l’assurance responsabilité civile de la mission V.I.E. Pensez à prendre une couverture et une assurance individuelles.

4. Qu’est-ce que vous devez faire après votre retour de V.I.E ?

Ça y est, vous êtes de retour à la maison ! Vos amis font la file pour vous voir, vous avez 4 repas de famille planifiés dans l’agenda, vous retrouvez avec bonheur la nourriture qui vous a tant manqué à l’étranger ! Le V.I.E vous semble déjà loin et pourtant… Il reste encore quelques points à régler avant de tourner la page.

Les démarches obligatoires de retour de mission V.I.E

Avant toute chose, assurez-vous de bien valider votre période de Volontariat International en Entreprise en effectuant votre visite médicale et en remplissant le questionnaire de fin de mission. En retour, Business France vous communique votre certificat d’accomplissement de V.I.E .

Pensez aussi à mettre à jour votre situation dans votre pays de résidence ! Si vous êtes français, ça peut vouloir dire réactiver vos droits en France :

  • A la Sécurité Sociale Française
  • A la mutuelle
  • Aux APL
  • A Pôle Emploi
  • Au RSA...

Enfin, souvenez-vous que même si le Volontariat International est exonéré fiscalement, il doit être déclaré à l’administration fiscale française. C’est valable si vous êtes français ou ressortissant de l’EEE !

Prolonger l’expérience V.I.E une fois revenu

C’est certain, le V.I.E est un moment inoubliable qu’on a parfois du mal à expliquer à ceux qui ne l’ont pas vécu ! Le retour au pays peut être un peu difficile et il n’est pas rare de voir la nostalgie gagner les anciens volontaires. Et si on vous disait que vous pouvez prolonger encore un peu l’expérience ?

En tant qu’ancien Volontaire International, vous avez accès au “Club V.I.E” - une communauté dynamique d’anciens V.I.E et V.I.A avec qui partager votre expérience, raconter vos souvenirs et garder le contact. Une bonne manière de rencontrer des gens sur la même longueur d’ondes que vous ! Vous pouvez également choisir de parrainer de nouveaux volontaires pour les aider à trouver leurs marques sur place. Le Club V.I.E est un réseau professionnel mais aussi votre espace. A vous de l’animer et de le faire vivre !

Inscrivez-vous sans attendre en vous connectant ici.

Pensez aussi à valoriser votre expérience de V.I.E sur votre CV et votre profil LinkedIn !

Et enfin, une fois en poste, à vous de recruter un V.I.E pour offrir à un jeune la même expérience formidable que vous avez pu vivre. Vous bénéficierez au passage de tous les avantages du programme en tant que recruteur !

5. A quoi vous sert le certificat d’accomplissement de V.I.E ?

Le certificat d’accomplissement valide votre mission de Volontariat International en Entreprise. C’est un peu votre diplôme de V.I.E ! Il est indispensable pour effectuer de nombreuses démarches à votre retour de mission.

Ce certificat vous est remis par Business France au terme de votre mission. Comment l’obtenir ?

Il vous faut obligatoirement avoir remis à Business France :

  • Votre certificat médical de fin de mission complété par un médecin référencé par l’Ambassade de France du pays
  • Le questionnaire de fin de mission

A réception, Business France vous fera parvenir, via votre espace personnel sur le site Mon Volontariat International, votre certificat d’accomplissement. Ce document sera accessible sur votre espace sans limite de temps, tant que votre e-mail reste le même.

Pourquoi ce document est-il si important ?

  • Il est indispensable pour réactiver vos droits auprès de la Sécurité Sociale et de Pôle Emploi
  • Il est nécessaire pour faire valoir vos trimestres de mission V.I.E auprès des organismes de retraite

Vous l’aurez compris : impossible de faire l’impasse dessus !

6. Comment faire valoir vos droits au retour de Volontariat International ?

En revenant de V.I.E, vous quittez le statut de Volontaire International et retrouvez globalement votre situation d’avant le départ. Mais ce retour aux sources ne se fait pas tout seul ! On vous dit comment réactiver vos droits au chômage, à la sécurité sociale, au RSA et activer vos droits à la formation.

Les démarches pour réactiver vos droits à la sécurité sociale française

Au dernier jour de votre mission V.I.E, la couverture médicale privée qui vient avec votre statut prend fin. Mais à votre retour de Volontariat International, vous avez droit à la prise en charge de vos frais de santé auprès de la CPAM dont vous dépendez. Et cela, même si vous n’occupez pas d’activité professionnelle.

En règle générale, pour réactiver ces droits à la sécurité sociale française :

Renseignez-vous auprès de votre CPAM pour vous assurer d’avoir toutes les pièces nécessaires.

Prévoyez, à minima, votre certificat d’accomplissement de V.I.E ou, si votre mission s’est arrêtée de façon prématurée, votre lettre d’engagement et le courrier de Business France indiquant la cessation anticipée.

Bon à savoir ! Fournir votre certificat d’accomplissement à la CPAM vous permet de valider vos trimestres pour la retraite.

Si vous n’êtes pas affilié à un régime de sécurité sociale au titre d’une activité professionnelle en France, plusieurs cas de figure existent :

Vous dépendiez d’un régime de sécurité sociale français avant votre départ à l’étranger en tant qu’assuré ou ayant-droit : En faisant un V.I.E ou un V.I.A, vous avez effectué une mission de service national. Vous bénéficiez pendant 4 ans des mêmes droits d’assurance maladie et maternité que vous aviez avant le départ. Pour réactiver ces droits, suivez la procédure ci-dessus.

Si vous étiez étudiant avant le départ et releviez d’une caisse de sécurité sociale étudiante, pensez à demander, sur la même base, le transfert de votre dossier de cette caisse à votre CPAM. Il faudra alors, en plus du certificat d’accomplissement, des documents prouvant que vous étiez affilié à la sécurité sociale étudiante.

Vous ne releviez pas ou plus d’un régime de sécurité sociale français avant votre départ : À condition d’être de nationalité française, vous avez le droit de demander votre affiliation au régime général soit la couverture maladie universelle de base car vous résidez en France. Vous pouvez aussi solliciter la CMU complémentaire si vos ressources financières le justifient.

Vous releviez d’un régime de sécurité sociale étranger avant votre départ en Volontariat International et résidez maintenant en France ? Contactez votre caisse étrangère pour savoir si elle peut vous remettre une attestation vous permettant d’obtenir une reconnaissance de droits en France. Sinon, il faudra voir pour vous faire affilier au titre de votre résidence en France.

Les démarches pour réactiver vos allocations chômage

Tout est dans le titre ! Vous ne touchez le chômage à votre retour de V.I.E que si vous aviez acquis des droits avant votre mission. En tant que Volontaire International, vous avez perçu des indemnités exonérées de charge sociale et non un salaire. Donc pas d’allocations chômage sauf si vous y aviez droit avant !

Dans ce cas, vous devez réactiver vos droits une fois rentré : pour cela, présentez-vous au Pôle Emploi dont vous dépendez avec deux documents :

Votre certificat d’accomplissement de V.I.E qui précise les dates de début et de fin de mission

Une copie de votre carte vitale ou une attestation de la CPAM avec votre numéro national d’immatriculation

Les démarches pour bénéficier du Revenu de Solidarité Active

Une fois de retour en France, vous pouvez - à condition de remplir certains critères - bénéficier du RSA. Le Revenu de Solidarité Active a une double fonction : c’est à la fois un minimum social pour ceux qui sont privés d’emploi et un complément de revenu aux allocataires qui reprennent un emploi. Le RSA vous donne aussi droit à un accompagnement social et professionnel, pour vous aider à trouver un emploi durable et à la couverture maladie universelle de base ainsi que complémentaire.

Pour déterminer votre éligibilité, les modalités et le montant du RSA, nous vous conseillons de vous adresser directement aux services de la Caisse d’allocations familiales où vous êtes domicilié. En effet, il s’agit vraiment d’une analyse et d’un calcul au cas par cas.

Les démarches pour acquérir des droits à la formation

C’est assez récent mais excellente nouvelle : votre V.I.E vous permet d’acquérir des droits à la formation au même titre qu’un CDD ou un CDI. Vous obtenez 240 euros sur votre compte Formation, à condition d’avoir effectué au moins 6 mois de mission.

Le compte Formation, ça sert à quoi ? Vous pouvez utiliser le montant acquis pour apprendre une langue, passer votre permis ou une formation technique.

Pour y avoir accès, créez votre compte sur le site Mon Compte Formation. Il vous faudra impérativement un numéro de sécurité sociale français.

Vous n’êtes pas né en France ? Ça se complique parce qu’il faudra que vous fassiez les démarches nécessaires pour obtenir votre immatriculation à la Sécurité sociale française.

Follow us

>

Mon Volontariat International and you

Useful links